Auteur Réponses

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:41
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
Nous avons perdu notre fils en mai2007 et depuis on ne peut plus vivre comme avant , la peur du lendemain ,de ne plus le voir . et toujours cette question qui revient “Pourquoi” “et si on avait su ,on aurait fait autrement” Notre fils nous aimé et on l’aimé .
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:42
  • Sujet : Groupe de soutien
Bonjour à tous les deux, Avez-vous des groupes de soutien dans votre région ? D’expérience, je peux vous dire que c’est très aidant. Geneviève
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:43
  • Sujet : Groupe de soutien
région de Nantes ,il y en a surement ,mais trop dur de faire le premier pas ,et plus envie de sortir non plus ,plus envie de voir le monde extérieure ;
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:44
  • Sujet : Groupe de soutien

Région de Nantes. Il existe un groupe de deuil animé par le centre social « Recherches et Rencontres ». Regardez les liens sur ce site.

Vous écrivez : « plus envie de sortir », êtes vous deux à vivre ce drame comme semble l’indiquer votre premier message dans lequel vous écrivez « on » » ? Ou bien êtes vous encore plus seul(e) justement parce que vous êtes deux et que vous ne parvenez pas à communiquer ensemble ?

Restez en lien sur ce site jusqu’au moment où vous serez en mesure de parler à d’autres, que ce soit dans le cadre d’un groupe ou peut-être avec un professionnel qui pourrait vous aider à comprendre ce que vous avez à comprendre

Ceux qui ont fait cette expérience de repli sur soi, de peur, d’incompréhension, d’impossibilité à vivre comme avant peuvent vous l’écrire et vous dire aussi comment ils ont fait pour réapprendre à vivre. Quelles aides ont-ils reçu, comment se sont-ils aidés eux-mêmes ?

Ne perdez ni contact ni confiance. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:45
  • Sujet : Groupe de soutien

Bonjour et merci d’avoir répondu on est deux ,a souffrir et on ne se comprend pas toujours .On l’a voulu cet enfant ,on l’a aidé à grandir,on l’a veillé jour et nuit pour qu’il ne lui arrive rien ,et aprés qu’il ait commencé sa vie à lui d’adulte , on l’a perdu pour toujours.

Au début j’ai essayé de parler avec mon entourage ,mais ,ce que j’ai entendu m’a stoppé net . "tu devrais enlever ses photos" ou "avec la responsabilité que vous portez " ou bien encore "çà aurait pu étre pire " ............ qu’esce qu ’il y a de pire de perdre son enfant de cette façon ?

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:45
  • Sujet : Groupe de soutien réponse à "on est deux à souffrir et on ne se comprend pas toujours très bien"
Je compare la souffrance que vous exprimez à celle des grands brûlés que l’on ne peut toucher au risque d’amplifier la douleur ou de l’infecter. Voilà pourquoi, dans le couple, parfois, la souffrance de l’un ne parvient pas à se communiquer à l’autre. La brûlure de la douleur psychique est tellement forte que le contact avec l’autre l’amplifie. Et encore, les phrases que vous citez le montrent, la brûlure peut s’infecter, s’envenimer à cause des paroles entendues. Ces paroles qui désirent souvent réconforter, consoler sont d’une maladresse et parfois d’une cruauté aussi involontaire qu’insupportable. (Regardez sur le site dans la rubrique DEUIL PAR SUICIDE). Résistez aux conseils ! Parler, oui, et choisir son lieu de parole. Ne renoncez pas, pour la santé de votre couple à tenter de dire ce que vous ressentez et à solliciter le ressenti de votre conjoint(e). Faites-vous aider, d’une façon ou d’une autre. Ne vous isolez plus. Geneviève
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:46
  • Sujet : Groupe de soutien

Notre fille nous a quittés il y a 4 mois, je pense qu’il faut à tout prix préserver notre couple car dans l’horreur vécue du suicide d’un enfant il faut se souvenir que notre vie a commencé en étant un couple, nous sommes devenus parents de 2 enfants et une épreuve des plus cruelles nous a enlevé notre fille, on peut culpabiliser bien entendu mais comment peut-on avoir des responsabilités dans le suicide de son enfant quand tout a été fait pour le rendre heureux ? ne laissez pas votre entourage vous blesser de cette façon, ce sont des personnes qui jugent un peu trop vite !

S’isoler dans le chagrin n’apporte rien bien entendu mais sélectionnez vos relations pour éviter d’ajouter à votre peine.

Un père a autant de chagrin qu’une mère mais vécu peut-être différemment, la semaine qui a suivi le décès de notre fille, je ne souhaitais que m’isoler et j’ai vu l’inquiétude de mon mari qui, très vite a manifesté son incompréhension à mon attitude. Pour lui, j’ai trouvé la force nécessaire pour ne plus m’enfermer dans mon chagrin et m’ouvrir aux autres et je vais mieux maintenant. Nous partageons notre chagrin au quotidien mais en nous soutenant mutuellement.

Nous n’avons pas enlevé les photos de notre fille, elle fera toujours partie de notre vie.

Vos efforts pour essayer de vous comprendre tous les deux vous rapprocherons de votre fils disparu et vous aideront dans cette dure épreuve.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:46
  • Sujet : Groupe de soutien
Il y a des jours ou je me sens encore plus seule comme aujourd’hui . Alors je lui écris à mon fils sur un grand cahier ,et lorsque je partirai le rejoindre ,je l’emménerai avec moi . Des jours comme aujourd’hui ,j’aurais envie de partir le rejoindre ,mais voilà ,moi je n’ai pas son courage ,et surtout ,il a laissé ses deux enfants ,il faut bien veiller sur eux ,je les vois de temps en temps ,(son fils lui ressemble tellement ,c’est exactement le méme au méme age ) et çà m’arrive de confondre . Je ne sais plus ou j’en suis .Je suis comme anesthesiée
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:47
  • Sujet : Groupe de soutien

Vous le rejoignez déjà en écrivant sur ce grand cahier. Il est ouvert : c’est une invitation à lui écrire ce que vous avez dans la tête et dans le cœur. Peut-être aussi y a t-il quelqu’un ou quelqu’une, proche de vous, à qui vous pouvez parler de ce que vous éprouvez ?

Des jours comme aujourd’hui vous auriez envie de le rejoindre. Beaucoup de personnes qui vous lisent ou vont vous lire, partagent ; ont partagé ce sentiment. Ne plus savoir ou vous en êtes, être comme anesthésiée, c’est du froid, du brouillard, de la douleur. C’est terrible.

Sur ce Forum, peut-être certains vont-ils accepter de vous partager leur expérience d’en avoir été à ce point et d’être passés à un autre état. Un jour vous serez moins écrasée, même si vous ne l’envisagez pas une seule seconde aujourd’hui. C’est ce que je souhaite vous communiquer. Certains parmi ceux qui ont subi le suicide d’un proche sauront vous dire que c’est possible (et comment) car ils l’ont vécu.

Gardez le contact si ce lien vous aide à vous sentir moins seule. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:48
  • Sujet : Groupe de soutien

Je suis passée par là, se sentir complètement perdue après un suicide, l’impression que tout s’écroule, plus de repère ... et il faut tout reconstruire comme un puzzle.

Accepter de se faire aider, ce n’est pas toujours facile mais ça vaut le coup pour vous et pour les générations d’après. Ce n’est pas être faible mais bien au contraire Faire attention aux enfants car eux ressentent beaucoup ce qui n’est pas dit. Mettre des mots sur ce que vous pensez, sur votre souffrance sera très bénéfique pour vous et vos proches.

Bon courage

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:49
  • Sujet : Attention aux enfants

J’ai le souvenir, dans un groupe, de cet homme dont la conjointe s’était suicidée suite à une dépression profonde. L’enfant était très angoissé à chaque fois qu’il constatait la tristesse de son père. Ce dernier masquait tous ses sentiments pour protéger son enfant jusqu’au jour où il a pu lui dire : "Je suis triste, je pleure parce que j’ai beaucoup de chagrin mais je ne vais pas mourir de ce chagrin, je ne vais pas t’abandonner."

Il avait compris que son enfant associait au suicide des états émotionnels douloureux et prostrés, que son angoisse était liée à cette terreur de se retrouver sans père après avoir perdu sa mère.

Ces paroles ont rassuré l’enfant et le père a pu vivre et exprimer ses sentiments, en les parlant. Ce fut très apaisant pour eux deux.

Merci Isabelle pour cette contribution. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:49
  • Sujet : Groupe de soutien

Votre fils disparu vit au travers de vos petits enfants. Ils seront votre "bouée de sauvetage" j’en suis sûre.

Notre fille voulait un enfant mais n’a pas réussi à concrétiser sa vie privée par "son incapacité à aimer et à être aimée" comme elle l’indique dans les dernières pages de son journal.

Les deux premiers mois après son décès, je ne pouvais pas imaginer passer le reste de ma vie avec le vide de son absence et seulement des photos ou quelques objets lui ayant appartenu ; je ne voyais qu’une solution : ne plus penser.

J’ai vu l’inquiétude de mon mari qui me répétait sans cesse : "tu n’as pas envie de voir grandir ton petit-fils ?".

Je me suis ressaisie et mi-septembre mon mari m’a donné les coordonnés de ce forum en disant : "c’est pour toi". Il ne s’est pas trompé.

Nos enfants ne font pas ce geste pour rendre leurs parents malheureux mais parce qu’ils sont en grande souffrance, les conseils sur ce forum m’ont rendue plus lucide.

J’étais persuadée de notre culpabilité et désormais j’apprends à vivre avec l’absence de ma fille en me disant qu’elle n’a vécu que 33 ans mais elle n’a pas vécu pour rien, c’est sûr nous avions du mal à la comprendre puisque nous n’avons pas su voir sa souffrance, mais nous nous souviendrons toujours de la joie que nous a procuré sa naissance et ça, personne ne pourra nous l’enlever.

Nous ne voulons pas donner raison au suicide en nous empêchant de vivre à notre tour pour notre entourage.

Sachez que vous n’êtes pas seule, vous pouvez confier à ce forum vos hésitations et vos doutes face à cette terrible épreuve que nous partageons mais je crois qu’il nous faut absolument réapprendre à vivre pour la mémoire de nos enfants disparus.

Bien cordialement.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:50
  • Sujet : Groupe de soutien
les enfants de mon fils savent que sait leur papa qui a voulu mourir ,mais il ne savant pas comment. c’est un sujet que personne ne peut aborder avec eux , nous , (ses parents ),on ne peut pas parler de la maniére dont çà c’est passé . Et pour moi je dis toujours depuis son départ ,depuis qu’il nous a quitté mais jamais (depuis qu’il est mort)non c’est trop dur.
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:50
  • Sujet : Groupe de soutien
Merci à vous Cricri j’essaie de réaprendre à vivre ,c’est dur mais j’y arriverais peut étre un jour ,mais plus comme avant .Il a laissé deux enfants qui sont adorables .Je sais que notre fils vit à travers de ses enfants et de nous .Avec les petits on arrive à parler de leur papas dans la vie comme dans la mort, Ils nous en parlent à nous leur grand parent parcequ’ils ne peuvent pas en parler avec leur mére . Amitiés à vous
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:51
  • Sujet : Attention aux enfants

J’entends deux questions dans ce que vous écrivez.

Les enfants de votre fils savent que leur papa a voulu mourir

. Non : leur papa à voulu arrêter de souffrir et le suicide a fini par se présenter pour lui comme la seule solution, celle qui reste quand on en a essayé plein d’autres.

Pour un enfant, entendre que son père a voulu mourir c’est se dire qu’il ne comptait pas tant que cela pour lui, c’est se sentir plus abandonné encore : « alors il ne voulait plus de nous ? » ou alors ils peuvent penser que c’est en partie de leur faute : « c’est sûr, on n’était pas assez gentils »

La deuxième question porte sur la manière dont ça s’est passé. Je comprends que vous ou leur maman ne puissiez en parler avec eux. Y a-t-il autour d’eux des membres de la famille en qui ils ont confiance pour parler, poser leurs questions ou bien sûr un professionnel ?

Ce serait vraiment préférable de ne pas les laisser avec des idées qui ne seraient pas justes ou avec des images (des fantasmes) qui sont facilement pires que la réalité. Vous pouvez leur faire confiance. Les enfants ont besoin de savoir et le droit de savoir. Ils le disent haut et fort lorsqu’ils grandissent et se rendent compte qu’on leur a caché « des choses ».

Peut-être pourriez-vous vous faire aider pour que, progressivement, ils puissent entendre des mots vrais sur la manière dont ça s’est passé ?

Oui, c’est très dur, et vous tenez votre place de grands parents magnifiquement il me semble. Soyez certains que beaucoup de personnes se retrouvent dans ce que vous écrivez. Ces personnes-là vous soutiennent en pensée. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:52
  • Sujet : Groupe de soutien

Je suis vraiment très heureuse de lire votre réponse à mon message qui prouve que vous recommencez à vivre, mais bien sûr, comme nous, plus comme avant.

Souvenez-vous de la chanson de France Gall :"Nous rions encore pour des bêtises comme des enfants, mais plus comme avant."

Vos petits enfants peuvent parler de leur père avec vous, vous leur êtes indispensables et ils vous donneront la force nécessaire de réapprendre à vivre, c’est ce qu’aurait voulu votre fils.

Toutes mes amitiés.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:52
  • Sujet : Groupe de soutien
Bonjour Non rien ne sera plus comme avant , Maintenant je connais la définition du bonheur ,Le bonheur c’était avant . Je voudrais savoir si quelqu’un est dans le méme cas que moi :Mon fils avait une femme et deux enfants ,et sa femme a refait sa vie disons (à peine un mois aprés le départ de mon fils ) Mes relations avec elle se limitent au T° pour le bien des petits .car de savoir qu’il y a quelq’un qui est à ses cotés et que ce n’est plus mon fils ,me fait trés mal ,(pourtant j’aimais beaucoup ma belle fille et elle aussi en retour )Mais dans le couple il y avait un probléme Mais je n’ai pas chercher à savoir aprés ,( car on ne sait jamais méler de leur couple ) ; Quand mon mari va chercher les petits ,elle se présente avec son copain .Et chaque fois que mon mari revient ,il est complétement changé .Il me dit" c’est comme si je trahissais notre fils " Et je le comprends car l’autre jour elle a voulu me le présenter ,mais je n’ai pas pu je suis partie , Amitiés à vous
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:52
  • Sujet : Groupe de soutien

Je pense que je ressentirais la même chose à votre place, de voir "quelqu’un" à ses côtés vous fait mal, c’est tout à fait légitime, il faudra du temps pour accepter que votre belle fille refasse sa vie. Vous soulignez que votre belle fille vous aimait beaucoup, gardez ses sentiments dans votre cœur, ceux là ne peuvent pas mourir.

Que l’on soit croyant ou non, je trouve les paroles de Sœur Emmanuelle très belles :"l’amour est plus fort que la mort". S’il y avait un problème dans le couple, cette situation leur appartenait à part entière et vous avez fort bien fait de ne pas vous en mêler, sinon on vous le reprocherait actuellement ; il ne nous appartient pas de faire le bonheur des enfants, c’est ce que j’ai appris sur ce forum.

Si votre belle fille a refait très vite sa vie c’est pour continuer à vivre, car la vie continue pour ceux qui restent, pas comme avant bien sûr, y compris pour votre belle fille qui voudrait vous présenter son compagnon, pas pour avoir votre bénédiction bien sûr, mais pour continuer à vivre avec votre estime, je suis sûre que c’est important pour elle, mais vous êtes les parents, votre ressenti est tout à fait légitime, mais en continuant à aimer ceux qui restent nous arriverons à adoucir cette épreuve cruelle de la vie et n’oubliez jamais que vous participez à la construction de la vie d’adulte de vos petits enfants.

Amitiés à vous.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:53
  • Sujet : Groupe de soutien

famille, près de chez moi, dont le mari s’est suicidé, laissant deux enfants, il y a une quinzaine d’années.

Sa femme a refait sa vie un an après. Sa belle-famille, comme ses propres parents ont été très choqués. Les seuls a être d’accord ont été ses enfants, de 8 et 12 ans. Il leur fallait une présence masculine, pas un père de remplacement, puisque leur père n’est pas remplaçable dans leur cœur, mais une certaine "sécurité psychologique" qu’apporte la famille en général.

Là aussi, il y avait des problèmes dans le couple, mais cette femme m’a aussi confié qu’elle voulait refaire sa vie parce que son fils de 12 ans commençait à prendre l’autorité du père à son propre compte, elle ne le reconnaissait plus. Lorsque son compagnon est venu vivre avec eux, la famille a retrouvé un certain équilibre sans pour autant que les enfants oublient leur père.

C’est ce que je voulais vous dire, c’est vrai que refaire sa vie un mois après, le délai peut paraître bien court, mais au bout d’une vie est-ce que un mois ou un an feront une différence ? et il est vrai que l’on remplace un conjoint, mais pas un enfant. Si votre belle fille a voulu vous présenter son compagnon, c’est qu’il y a un grand besoin pour elle que la situation vous paraisse moins difficile à vivre, c’est sûr qu’il lui manquera toujours quelque chose tant que vous n’accepterez pas sa main tendue et vous ne trahirez pas votre fils pour autant si un jour vous faites un pas vers elle.

Comme vous le souhaitez, j’espère que vous trouverez sur ce forum des personnes qui ont votre vécu et qui pourront vous aider, mais recherchez toujours le côté positif, pas les personnes qui entretiennent des rancœurs, ce sont des sentiments stériles qui n’apportent rien.

J’ai aimé échanger avec vous et je vous souhaite tout le courage possible pour surmonter cette épreuve, tout comme nous luttons nous-mêmes au quotidien.

Toutes mes amitiés.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:53
  • Sujet : Groupe de soutien

Bonsoir et merci de votre réponse ;

(Je ne sais comment vous expliquer) ,que mon mari ,pense ,fortement ,que si notre fils n’est plus là aujourd’hui ,c’est en parti à cause de cet nouvel union (belle file et son ami ) car ce soir là ,elle lui annoncé qu’elle le quittait ,et malgré que notre fils ,(lui a dit son intention de se suicider )elle l’a laissé .

Mon mari et moi ,on sait trés bien que pour nos petits enfants ,on fera au mieux pour eux .mais de là ,à accepter ce qui c’est passé ? Ce soir là personne nous a prévenu , mon autre fils l’a appris le lendemain matin ,

Il nous a téléphoné pour nous demander de rentrer car on été parti avec nos petits enfants (que mon fils et ma belle fille nous avez confié) quand on est rentré ,on ne savait méme pas ou été notre fils ,c’était un vrai cauchemar ,ma belle fille n’était pas là ,elle dormait chez sa mére .

Alors ce qu’on a fait aprés avoir retrouvé notre fils chez les pompes funébre ,on l’a ramené chez nous ,là ou il a grandit et il repose désormais dans notre village . Mais je ne peux pas vous dire tout , car il nous est arrivé ,une autre séparation ce jour là (qui nous a achevé complétement )on ne sait pas comment mon mari et moi on peut encore tenir debout , Merci de m’avoir aider Mais pour moi , ma belle fille elle l’a (cet homme) imposé à ses enfants qui venaient de perdre leur PaPa et qui ,étaient complétement traumatisés ,l’ainé qui a eu sept ans , avait honte , Il m’en a parlé souvent ,combien de fois il m’a dit "je n e l’aime pas " (et malgré notre douleur ,mon mari et moi , )on sait dit, notre fils est parti mais il faut que nos petits enfants continue leur vie et qu’ils essaient d’accepter cet homme ,si leur maman est heureuse et qu’elle va bien ,nos petits enfants seront au mieux .

Je pense qu’ils garderont toujours une place dans leur coeur pour leur PAPA D’AMOUR , Et je souhaite qu’ils arrivent à oublier ce qui c’est passé .

Mais nous on oubliera jamais ,non jamais et on n’oubliera jamais notre fils .notre petit dernier , qui était plein de vie et plein d’amour . Merci à vous de m"avoir lu ; çà m’a fait du bien de vous parler ,(c’est dommage que l’on ne peux pas se mettre en messagerie privé ) Amitiés sincéres et merci .

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:54
  • Sujet : Reponse pour CRICRI

Merci pour votre réponse et la confiance que vous me témoignez.

Il y a une similitude entre le cas de votre fils et celui de la famille dont je vous ai parlé, le mari s’est suicidé suite à la lettre de rupture de sa femme. Ce sont malheureusement des cas trop fréquents.

Si vous voulez communiquer en privé avec moi, j’autorise Geneviève à vous donner mon adresse email.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:55
  • Sujet : Reponse pour CRICRI

J’accepte de donner l’adresse. J’attends que Monange me communique la sienne pour vous mettre en contact.

J’ai cependant hésité car votre dialogue est probablement fructueux pour d’autres que vous.

J’ai tranché, parce que le Forum est aux service du mieux être des personnes qui l’utilisent et non les personnes au service du fonctionnement du Forum.

Gardez tout de même à l’esprit que les échanges entre vous, si personnels soient-ils (et protégés par l’anonymat) peuvent éclairer d’autres personnes.

Faites pour le mieux et bon courage !

Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:56
  • Sujet : Réponse pour Genevieve
Bonjour ,à vous Genevieve Merci pour tout ,et je vais continuer à m’exprimer sur ce forum .(si çà peux aider d’autres personnes ) Je sais que je ne suis pas la seule dans cette souffrance .Qu’il y a beaucoup de parents qui ressentent la méme douleur .Je leur souhaite d’avancer sur ce long chemin caillouteux ,on trébuche ,on tombe et on se reléve ; Jour aprés jour . Que la vie est dur ! Bonne soirée à tous
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:57
  • Sujet : Réponse pour Genevieve

Bonjour,

C’est bien que Geneviève ait accepté de nous mettre en relation en messagerie privée, car dans votre message vous indiquez "je ne peux pas vous dire tout", pour être aidée j’ai ressenti chez vous ce besoin de vous confier davantage, ce qui ne peut pas se faire sur un forum bien entendu.

Je vous répondrai avec sincérité, tout comme je l’ai fait jusqu’à présent, mais passé ce moment "confidentiel", j’aimerai que nous reprenions le dialogue sur ce forum, c’était le but de notre démarche à toutes les deux et il nous faut le conserver car les personnes qui n’osent pas échanger peuvent y puiser une aide comme le souligne Geneviève.

Je pense que vous serez d’accord sur ce principe auquel je tiens.

Bien cordialement.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Jacques RIPAUD

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:58
  • Sujet : Réponse "mon mari et moi on fera au mieux pour nos petits enfants"

Dans cette situation où vous et votre autre fils n’avez pas été prévenus du suicide en temps réel, vous vous êtes sentis trahis, considérés comme inexistants alors que vous êtes les parents ; votre chagrin est alourdi par la colère que vous ressentez.

De plus, vous savez que votre fils s’est suicidé après le départ de sa compagne « elle l’a laissé », élément déclenchant sur un terrain fragilisé, et très peu de temps après, votre belle fille introduit un nouvel homme dans la maison qu’elle « impose » à vos petits enfants.

Cette accumulation est pour vous insupportable et vous êtes déchirés entre le désir que vos petits enfants s’apaisent (et pour cela acceptent le nouveau compagnon qui pourrait rendre leur mère heureuse) et votre révolte envers votre belle fille et ce nouvel homme qui prend si vite la place. Ce qui est certain c’est qu’il ne prendra pas la place de leur papa, gravée dans le cœur de vos petits enfants. Et vous avez également raison de souhaiter que cela se passe bien pour eux.

Votre rôle sera très important pour aider à les pacifier. Vous pourrez les aider à comprendre qu’accepter cet homme (si le cas se produit et que vous le percevez) ne signifie pas renier ni oublier leur père. Ils sont en conflit intérieur pour cette raison et aussi peuvent craindre d’être mal jugés par vous ou de vous trahir s’ils commencent à éprouver de l’affection pour « l’autre ».

Ce sera (c’est déjà) très difficile pour vous de les accompagner sur ce chemin car vos sentiments ne vont pas changer rapidement.

Dites leur bien qu’ils ont « le droit » de trouver des qualités à cet homme et de les apprécier. Que votre place de grands parents est différente et que si vous n’êtes pas prêts à rencontrer le nouveau couple, cela ne signifie pas que vous les rejetez alors qu’ils prennent soin de vos petits enfants. Peut-être, plus tard, serez-vous prêts à aller plus loin. Pour l’instant, ce n’est pas le cas et demain est un autre jour.

Entendre ces paroles peut les rendre plus libres et les aider à s’ouvrir à ce qu’ils ont de bon à recevoir. Tenez-bon. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 12 mai 2009, 11:59
  • Sujet : Réponse pour monange

En attendant de pouvoir, éventuellement, échanger en messagerie privée, il y a une chose que j’ai envie de vous dire depuis le début, mais vous n’y êtes pas encore prête bien sûr : c’est qu’un jour il faudra accepter que votre fils n’a pas mis fin à ses jours à cause de la nouvelle relation de sa femme, mais qu’il n’était pas en mesure d’accepter la séparation de son couple.

C’est une réaction malheureusement bien masculine, et on ne peut forcer personne à vivre avec soi. Beaucoup de couples se forment et se quittent fréquemment de nos jours, on n’est plus ensemble pour toute la vie, et c’est souvent l’homme qui vit mal la séparation. Un homme supportera que son couple vive plus ou moins bien, rarement pour une femme, qui peut même le quitter sans motif (j’ai le cas dans la famille).

Il y a des hommes que l’on ne peut pas quitter, ce ne sera jamais le bon moment, et le chantage au suicide est fréquent, mettez-vous à la place de la femme : doit elle rester toute sa vie avec un mari qu’elle n’aime plus ? cela n’a plus cours de nos jours, c’était bon il y a 30 ou 40 ans où les femmes se "sacrifiaient", maintenant les femmes agissent différemment, en traumatisant parfois leurs enfants : j’ai entendu sur mon lieu de travail : "mes enfants vivent mal ma nouvelle vie, mais il faudra bien qu’ils s’y fassent !"

Ce n’est pas un jugement que je porte mais une constatation de ce qui se passe dans les temps modernes, avec les drames qui en découlent, vous en savez quelque chose. C’est sûr que vos petits enfants auraient dû être davantage "préparés" par leur mère pour accepter sa nouvelle vie, mais ses actes lui appartiennent. La relation avec vos petits enfants est très importante, bon nombre de grands parents en sont privés parce qu’en conflits avec la mère ou le père, bien heureusement ce n’est pas le cas en ce qui vous concerne.

Ce serait bien d’expliquer, petit à petit, à vos petits enfants que parfois les adultes ont beaucoup de mal à se comprendre, qu’ils se font du mal mais que ça ne change pas l’amour qu’ils ressentent pour leurs enfants, et que leur père ne les a pas "abandonnés", mais qu’il n’a pas supporté cette situation.

Courage à vous.

Bien cordialement.

Cricri.

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : jeudi 25 juin 2009, 17:18
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
Je reviens aprés quelques temps d’abscence . et que vous dire que , je n’ai toujours pas accepté sa mort ,méme si je vais lui rendre une visite quotidienne . J’ai toujours l’impression qu il va revenir , et je n’ai jamais oublié sa voix je l’entend souvent dans ma téte ; Mon fils qui me manque tant et pourtant je suis là et j’avance et je vis au jour le jour . Merci de m’avoir aidé Amitié à vous
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : jeudi 25 juin 2009, 20:40
  • Sujet : je n’ai toujours pas accepté sa mort

Accepter la mort de quelqu’un qu’on aime, de son fils ... c’est au dessus de nos forces.

Vous pourrez seulement, le temps passant, accepter de vivre sans lui, c’est à dire accepter de "faire avec" les nouvelles données de votre vie.

Il faut beaucoup de temps et d’aide pour vivre à nouveau de façon plus légère.

Beaucoup témoignent que c’est possible et aussi que c’est très long.

Je vous souhaite de collaborer avec le temps en continuant à recevoir de l’aide et à en chercher à chaque fois que vous en ressentez le besoin.

Rappelez-vous que vous n’êtes pas seule, y compris lorsque vous vous sentez seule.

A bientôt peut-être. Geneviève

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

enesya

  • Posté le : vendredi 10 juillet 2009, 09:12
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
bonjour je vous souhaite a tous mes condoléances je suis au bord de la déprime j’ai perdu mon fils de 7 ans sur un stade de foot son coeur a laché le 1 er mai 2009 c’est encore tout frais pour nous. on a du mal on y arrive pas sans luic’etais mon ainé j’en pleure tous les joursmon mari aussi. je voudrai partager mon deuil avec des personnes qui sont dans la meme situations que nous.
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : jeudi 24 décembre 2009, 11:23
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
bonjour ,j’ai perdu mon fils de 11ans il y a 6 mois et moi non plus je n’arrive plus a vivre dans ce monde moi aussi ma famille me prend la tete je preffére etre seul ,je ne veux pas de pitié de mes proches je souffre tres fort ,je suis un papa qui pleure et le pire c’est qu’il faut toujour se caché pour pleuré mon ange me manque et ce mois de décembre est tres dure ,je ne veux pas feté noel la vue d’un sapin me ronge ,si dieu m’entend qu’il me prenne a moi pour enfin rejoindre mon petit garcon il ne doit pas resté seul dans cette tombe il est trop jeune il faut que je m’occupe de lui il a besoin de moi comme moi j’ai besoin de lui mais comment faire pour ne pas faire souffrir les autres
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

labbens tirache nadine

  • Posté le : mardi 9 février 2010, 14:25
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
j ai perdu mon fils en juillet 2007, depuis je n arrive pas a refaire surface, pourtant j ai deux autres enfants que j aime, mais chaque jour me rapproche un peu plus de lui, je suis suivie par un psy, un médecin de famille, je me bourre d anti dépresseurs mais rien ne fait, je ne travaille plus, je n en ai plus le gout, comment fait on pour continuer, j ai l impression qu autour de moi les gens se disent ca fait plus de deux ans maintenant...mais pour moi c était hier, ce matin, aujourd hui
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

sa mère Céline SAUVEROCHE-PARIENTY

  • Posté le : vendredi 19 mars 2010, 08:46
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils

j’ai retrouvé mon fils de 24 mort dans sa chambre d’hôtel le 13 décembre 2009, j’étais seule dans une ville inconnue, tout c’est arrêté d’un seul coup. Ce corps froid sans vie n’était plus mon fils mon fils c’est cette douleur qui me fait monter les larmes en écrivant.

Il avait une inscription FACEBOOK je fais de ce site un souvenir de ce qu’il était un mémorial + fiable qu’un cimetière . je vais mettre ses cendres sous un cèdre du Liban sur une parcelle de terrain ou il voulait construire sa maison quand il aurai gagné au loto.. Cette mort et ce corps m’ont convaincu que derrière même si il y a quelque chose cela ne sera pas ce que j’avais avec lui cela s’est terminé. J’ai vécu 24ans avec lui qui n’aurait pas du vivre avec son syndrome de West, j’ai eu 24 ans de rab de galère aussi .... j’ai fait ce que j’ai pu et au delà maintenant j’ai un fils aine un petit fils et c’est eux qui sont là .

Vous êtes deux dans cette épreuve, mais j’ai eu droit a des coups de mon ex mari devant le cercueil de notre fils, j’ai eu droit a la deuxième femme peinturlurée avec toute sa famille alors que cette dernière ne voulait pas de Steve car son épilepsie aurai traumatisée leur fille océane de 10+ jeune.... j’ai eu droit aux menaces d’une famille paternelle coupable de n’avoir pas connu leur neveu, un coup de téléphone de temps en temps .

au lieu de vous dire que vous auriez pu..... pensez vous avez eu.... soyez fataliste dites vous que c’était son heure en regardant tous les vieux, les miraculés,....pour l’instant cela m’aide, mais cela ne tarie pas mes larmes mais vous êtes deux....

cela fait juste trois mois, donc je ne sais pas comment je vais évoluer dans la durée....

Bon courage a vous deux

Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Madeleine

  • Posté le : samedi 15 mai 2010, 10:48
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
J’ai perdu mon fils de 19 ans le 16 janvier 2005 Il s’est jeté sous un train Il était déprimé ne voulant pas se soigner. Il se droguait avec le canabis Il avait raté ses études Je n’arrivais pas à lui parler je me sentais tétanisé et puis après la culpabilité est arrivée Ma soeurm’a dit que c’était ma faute Mon mari et moi nous parlons de lui de temps à temps surtout lui. J’ai deux fils l’un n’en parlant jamais il ne comprend pas son geste Tous les jours je pense à lui mais je suis plus sereine avec le temps qui passe
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15

 

Anonyme

  • Posté le : mardi 29 novembre 2011, 20:23
  • Sujet : Nous avons perdu notre fils
bonsoir j ai perdu un fils il y a 21 mois aujourd’ hui je me pose toujours la meme question pouquoi j’ai rien vue on etait si proche il passait tous les jours je l’entend encore me dire allez tu me fais un jus il avait 36 ans et c’est son anniversaire le2 decembre des moments difficiles maintenant je dois m’accrocher pour mes autres enfants je pense a tous ceux qui vivent le meme drame que nous .amicalement R C
Revenir en haut de la page Dernière mise à jour le 12-07-2013 22h15
-->

retour



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Partenaires | Nous contacter