Deuil Suicide

> Vivre le deuil > Texte sentiments émotions > Tristesse et dépression

Tristesse et dépression


Tristesse n’est pas dépression. La dépression marque un échec du deuil. La tristesse est une étape. Elle signe l’accomplissement du deuil. Elle permet à la fois de progresser vers l’acceptation de la réalité et de se retrouver, de se reconstruire dans son identité propre. L’énergie est tournée vers l’intériorité. Soyez égoïste, ou plutôt égotiste quand vous êtes triste. Préoccupez-vous de vous, de vos besoins. Laissez les autres s’amuser, ne cherchez pas à les suivre, ce n’est pas le moment pour vous. Il y a une étape nécessaire à la reconstruction. Une période de tristesse est une période de désinvestissement de l’extérieur et d’investissement de soi.

« Je ne peux pas pleurer toute la journée sur mon nombril ! » Il ne s’agit pas de pleurer sur son nombril, mais dans son nombril. Sangloter vraiment dans son ventre pour se libérer de la souffrance, pour traverser l’épreuve. Trouvez quelqu’un, un ami, pour pleurer dans ses bras. Vous ne serez plus seul, mais entendu dans votre souffrance, vous vous sentirez reconnu, accepté, ce qui aide à ne pas se dévaloriser ou à retourner contre soi ses émotions. Vous sortirez de l’épreuve fatigué et consolé plutôt que « vidé » (à condition bien sûr de faire vraiment confiance à l’autre et de vous permettre de recevoir ce qu’il vous donne.). Et puis, vous pourrez vous autoriser à entrer plus profondément dans l’émotion. Il vous protégera, fournira un cadre dans lequel vous pouvez vous abandonner.

La dépression, rumination morose, se laisse difficilement distraire. On a tendance à choisir des activités qui restent dans une tonalité affective terne. La tristesse, même profonde, accepte d’être éclairée un instant par le rayon lumineux d’un rire.

Isabelle Filliozat, L’intelligence du cœur,
éditions Jean-Claude Lattès, 1997

Ajoutez un message

1 Message

  • Tristesse et dépression

    26 janvier 2013 18:40, par caro83
    bonsoir à tous , je tiens à temoigner de la souffrance que peut engendrer un suicide. Il y a cinq mois j’ai appris la disparition de mon ex-compagnon , il avait 36 ans et il s’est pendu à son domicile. Sa mort a provoquée en moi une profonde tristesse.C’était un garcon gentil , drôle et intelligent.Il restera a jamais gravée dans ma mémoire.De plus, il y a 4 jours , ma mère à fait une tentative de suicide ,elle est reste dans le coma pendant deux jours et a ete en salle de réanimation mais elle s’en est sorti indemne.Je tiens à preciser que le suicide n’est pas un sujet anondin et il faut en parler autour de soi afin de comprendre le pourquoi des choses. Je ne suis toujours pas guéri de mes blessures mais j espère que la vie m’offrira de jours meilleurs .

    Répondre à ce message


retour



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Partenaires | Nous contacter