Deuil Suicide

> Vivre le deuil > La honte et la culpabilité

La honte et la culpabilité


A la suite d’un suicide, le sentiment de culpabilité est le sentiment le plus souvent évoqué.

S’il est parfois fondé, dans la plus part des cas, il est confondu avec le sentiment de honte.

La culpabilité, liée au faire, engage un acte, une faute commise.

La honte, liée à l’être, engage l’image de soi, être à la hauteur de l’idée que l’on se fait de soi.

Etre attentif à ces nuances peut éviter de s’engager une fausse piste récurrente chez les personnes endeuillées du suicide : « Je me sens coupable, je n’ai pas vu, j’aurais pu, j’aurais dû … »

Ce sentiment de culpabilité n’est pas adéquat. La personne qui l’éprouve a d’autant plus de mal à s’en détacher qu’il n’est fondé sur aucune réalité. Le jour du suicide, elle était chez elle et se reproche de ne pas avoir prêté suffisamment attention au profond mal être de son fils, entendu la veille au téléphone. Dans cette logique, elle n’aurait jamais dû le quitter ou le laisser seul. L’on voit bien que ce n’est ni souhaitable ni possible.

Ce qui est en cause, dans la situation, c’est l’impuissance du parent, son incapacité éprouvée d’avoir été un bon parent, un parent qui doit protéger son proche. À travers cette représentation du bon ou mauvais parent c’est l’image de soi qui est atteinte.

La restauration de cette image passera par le fait de s’accepter soi-même, impliqué dans la vie de son enfant ; à ce titre, portant sa part de responsabilité comme, à des degrés divers, les autres acteurs de la vie du jeune suicidé à commencer par le jeune lui-même.

Cette acceptation est un chemin de restauration de son estime personnelle, un long chemin que beaucoup ont parcouru jusqu’à pouvoir dire : « On peut s’en sortir, j’en témoigne ! "

Ajoutez un message

4 Messages de forum

  • La honte et la culpabilité

    30 décembre 2012 10:42
    Elle avait essayé a plusieurs reprises et j’assimilais cela a une fuite en avant parcequ’elle se mettait toujours dans des situations terribles a cause de l’argent je l’ai plus blamée qu’aidée car elle refusait a mes yeux de s’assagir j’eatais persuadée qu’elle aimait trop ses enfants pour le faire vraiment elle vouait aussi une adoration a son pére en cette terrible journée du 12/07/2012 son mari n’a eu que deux phrases pour faire basculer mon monde et ma vie dans l’horreur "Elle s’est suicidée,Elle s’est pendue....." Elle c’etait ma Fille........ La culpabilité et le remord me rongent,si ce n’etait la responsabilité des enfants j’aurais ete la rejoindre car je n’en peux plus.

    Répondre à ce message

  • La honte et la culpabilité

    23 juillet 2012 09:19
    Pas de réponse Oui, c’est insurmontable Merci d’avoir diffusé mon message

    Répondre à ce message

  • La honte et la culpabilité

    19 juin 2012 16:34
    Un jour, il est venu me voir pour me dire qu’il m’aimait depuis longtemps et moi seule pouvait le sauver si je pouvais répondre à ses sentiments. J’ai de suite compris que c’était grave et j’ai voulu lui tendre la main avant tout sentiment amoureux. Puis peu à peu des sentiments très forts pour lui sont nés. Mariée, maman, ayant déjà de grosses difficultés familiales et professionnelles à surmonter, son empressement à entamer une vie commune était très oppressant.Puis le fait de sa dépression, il ne supportait rien -jalousie irraisonnée- et cela entrainait des disputes dans des termes violents que je ne pouvais accepter et qui m’inquiétaient pour la suite. Plusieurs fois il a menacé de se suicider. Je l’ai rattrapé plusieurs fois. Une ultime dispute lui a fait baisser les bras et il a mis fin a ses jours en me laissant seule face à cette affreuse culpabilité. Nous avions pourtant décidé d’aménager ensemble cet été. Je suis accusée par les siens et ne peut partager ma détresse avec personne. Comment surmonter ça ?

    Répondre à ce message


retour



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Partenaires | Nous contacter